Voici ce qu’offre la vue en façade du refuge Un très beau souvenir de 2005 d’un couple généreux étant à l’origine du refuge M. et Mme Alfred et Jannine Lavoie L’association ajoute en 2005 un autre volet à son développement. Cette nouvelle partie est déjà enjolivée d’une légende indienne. L’héroïne de ce conte aurait vécu il y a très longtemps, au temps des premiers indiens. Un chef de tribu, peut-être, pour obéir à une loi ancienne, ou pour répondre aux convenances de l’époque, interdit le mariage de son fils à celle qui portait déjà secrètement en son sein le fruit de leur amour. Aveuglés par le chagrin et la mort dans l’âme, les deux amoureux se séparent et dans le désespoir de non retour, vont cacher leur amour au fond de la mer. Puis, les eaux se retirent et c’est ainsi que le Dieu de l’amour fit apparaître la montagne de la noyée d’un côté de l’horizon et, plus discrètement, la face de l'Indien de l’autre côté. La Noyée peut se reconnaître facilement avec un œil plus ou moins averti et une touche de romantisme. À un certain angle avec la montagne, l’observateur peut deviner le profil particulier que laisse imaginer une formation montagneuse crée avec l’horizon. L’illustration du haut de cette page démontre ce qui, de toute évidence, est reconnue de tous, le corps étendu sur le dos d’une femme. La Montagne de la Noyée récemment attira en particulier des hommes n’ayant pas froid aux yeux. Émerveillés par ce lieu magnifique, l’association et tout particulièrement M. Alfred Lavoie, son épouse Jannine ainsi que leur fils Mario mirent tout en œuvre afin de réaliser ce qui devint aujourd’hui le camp Alfred Lavoie. Pour finaliser les travaux, les membres de l’association lui proposent leur aide afin de porter ce projet à terme plus rapidement et d’en offrir l’accès à la population. Suite à de nombreux contacts et demandes d’assistance financière, la MRC Charlevoix-est et le CLD allouent une partie des sommes nécessaires, soit 50% du projet totalisant 14,000$ pour la réalisation de la route d’accès jusqu’à la porte même du refuge. L’autre 50% devra être assumé par l’association.  À l’automne 2010, 6,200$ sont investis pour refaire les fossés sur les 7.8 kilomètres. En 2011, du gravier sera étendu pour élargir l’accessibilité à tous types de véhicules. Visité régulièrement par des amateurs de nature et de randonnées, le refuge accueille tout autant en hiver qu’aux autres saisons, des randonneurs à pied, en motoneiges, quads et à partir de la fin de 2011 toutes sortes de véhicules. Années après années, des jeunes aussi apprécient cette initiative. Pour favoriser la relève dans le domaine des loisirs de pêche et de chasse, l’association se fait un devoir d’accueillir durant l’automne, dans le cadre de Colletage en herbe, des garçons et filles curieux d’en connaître un peu plus dans ce domaine. L’activité Pêche en herbe, pour sa part, se déroule naturellement au printemps de chaque année. Quel évènement a-t-il eu lieu avant que la légende de la montagne de La Noyée prenne naissance ? Voici 350 millions d’années  ( ± 20 millions ) un astéroïde d’un diamètre estimé à 2 km, pesant 15 milliards de tonnes et arrivant à une vitesse cosmique de 10 à 20 km/seconde (approximativement 60 000 km à l'heure !) vient heurter la terre dans la région de Charlevoix et crée un cratère météoritique de 56 kilomètres de diamètre. En son centre, à mi- chemin entre Baie-Saint-Paul et La Malbaie, culmine le mont des Éboulements, à 768 mètres d'altitude. Ce pointement central est le résultat du formidable rehaussement du matériel recouvrant le sol (ou "rebondissement") du fond du cratère immédiatement après l'impact.   http://picasaweb.google.com/Simard.Ghislain/CharlevoixJuillet2009#5359766773514622786                       Le refuge “ La Noyée “